29/01/2018 08:25 | Lien permanent | Commentaires (0)

Son altesse nasale

Est-ce que c’est moi qui vois mal? En suivant des yeux le profil de Meghan Markle, future probable Altesse royale, la Duchesse de Sussex (jamais princesse, grands dieux! Celles-ci sont toujours d’extraction noble, le titre ne s’acquiert pas par alliance), en suivant donc la ligne du profil, on note un front haut et bombé, un nez droit et long, avec une pointe… disons fortement marquée, des lèvres pleines qui sourient souvent et un menton déterminé. Mettons que vous soyez une midinette fétichiste affolée par les célèbres de ce monde, quelle partie de ce visage aimeriez-vous lui voler pour la porter à votre tour? Moi, je prendrais le sourire, qui, allié à l’étincelle dans l’œil, lui confère une lumière qui fait plaisir à voir. Mais évidemment j’ai tout faux, car les imitatrices ne veulent qu’un élément: le nez. Les chirurgiens esthétiques confirment la demande: tant pis pour Kim Kardashian, Jessica Alba, Natalie Portman ou Scarlett Johansson (références jusqu’à peu), les clientes de la beauté sur demande veulent désormais le nez de Meghan.

Je lis ça et j’essaie d’éveiller dans mon cerveau des images de ces appendices, objets de convoitise. Qu’est-ce qu’il a, le nez de Scarlett…? Rien justement! Je ne sais même pas s’il est refait ou non. Idem pour celui des autres: harmonieux certes, petit mais pas trop, droit mais pas trop, ni trompette ni tombant, ni oui ni non. Jusqu’à présent donc, la demande était grande pour des nez relativement anodins, qui se fondent dans le paysage facial. Rien de tel avec la fiancée royale: son nez est inoubliable. Ni un pic, ni un cap, ni même une péninsule, mais tout de même un joli morceau retroussé planté au milieu de la photo, avec un cartilage alaire qui se pose solidement là. Il lui va bien, mais franchement je ne prendrais pas le risque de m’en faire poser un pareil. Vous si?

La mauvaise nouvelle, c’est qu’il reste – semble-t-il – des femmes sur la planète à chercher un moyen d’envoûter un prince roux et charmant et à s’imaginer que la bonne formule de nez fait partie de la recette magique. La bonne nouvelle, c’est que les beautés qui font rêver les foules gagnent en caractère. Cette extrémité nasale vers le haut et la pointe d’espièglerie que cela confère à l’expression sont de vrais traits distinctifs de cette drôle de royale jaillie d’un écran de télévision. Les groupies copient un tempérament, pas une poupée de plastique reproductible en moule. On progresse. Allons, encore un effort, encore un pas: ne reste qu’à apprendre à aimer et travailler sa propre personnalité, plutôt que celle d’une autre. Moi, j’ai une bosse sur l’arête, vestige d’une bagarre enfantine. Promis, j’arrête de la regarder de travers et je me mets à lui dire bonjour avec bienveillance, le matin dans le miroir. A chacun le caractère qu’il peut.

 

Les commentaires sont fermés.