18/11/2017 17:07 | Lien permanent | Commentaires (0)

Ça nous fait de beiges jambes

C’est Brigitte Macron qui a commencé. Ou alors Kate Middleton? Toujours est-il que ces jambes connues et graciles sont en train de relancer une pièce vestimentaire que l’on pensait pour toujours reléguée dans la malle des accessoires pour mémé: le collant couleur chair. Ouch! Rien que taper ces mots sur le clavier, j’en ai mal à cette partie de mon cerveau où se cache le sens du style.

Réputé formel et un peu coincé, ce malheureux voile transparent a de tout temps cumulé les bévues. Il se veut invisible, mais commet l’erreur grossière de ne l’être jamais assez. Trahi par une maille trop épaisse, une couleur décalée par rapport à celle de l’avant-bras, un scintillement qui joue les gyrophares au soleil, ou – pire! – une couture apparente dans la sandale. C’est un peu le syndrome de la bretelle de soutien-gorge en silicone: on la porte pour essayer de faire discret sous une robe qui découvre les épaules et voilà que rien n’est plus voyant que cet enfoncement brillant que le ruban de plastique creuse au-dessus de la clavicule. Un seul principe, dicté par le bon sens: ce que tu ne peux cacher, affiche-le! Et voilà pourquoi ces dernières décennies ont vu des jambes noires comme le péché arpenter les trottoirs et salons comme il faut. La couleur beige? Tout juste bonne pour les bas de contention, avec leur esthétique d’hôpital.

Mais on le sait: la sorcière mode adore encenser ce qu’elle a brûlé. Et elle dispose de ce don, de cette baguette magique, qui envoie de la poudre de perlimpinpin dans les yeux: tout à coup – je n’y crois pas! – le moche est un peu moins laid. C’est ce qui est en train de se passer en ce début d’hiver, où les jambes faussement nues des anonymes comme des célèbres, dans le froid mordant, dégagent comme une allure fraîche et espiègle. L’esprit même-pas-froid. L’audace même-pas-plouc. La vulnérabilité attendrissante du corps offert aux regards.

Bon, les bonnetiers y ont mis du leur, en multipliant les nuances pour que chaque peau y trouve la sienne. Une marque comme l’anglaise Heist lance même une opération mondiale pour recenser les couleurs de carnation et proposer les vingt plus fréquentes au printemps prochain. Ça s’appelle The Nude Projekt – parce que, oui, j’ai oublié de le préciser: on ne parle plus de «chair» mais de «nude», comme en maquillage. Message subliminal: le collant est le fond de teint de vos jambes – c’est vous, en mieux!

Moi je dis: portons vite nos collants noirs, car leur dernière heure pourrait être en train de sonner. Et autant vous prévenir: le collant transparent ne se porte qu’avec des escarpins nude, eux aussi. Pour prolonger la jambe. Pour ne pas lester d’un sabot tant de légèreté. On va donc chercher le nylon assorti à son mollet, puis la chaussure assortie au nylon… Merci bien, Brigitte et Kate!

 

Les commentaires sont fermés.