26/09/2017 11:28 | Lien permanent | Commentaires (0)

Retour en graisse

S’il ne fallait qu’une image pour symboliser notre rapport goulu au gras, je crois que je choisirais ces prises de vue qui terminent chaque recette en circulation sur les réseaux sociaux. Vous savez de quoi je parle ? Ces plats qui se préparent en accéléré, avec une succession de séquences donnant le mode d’emploi. Et bien toutes se terminent par deux mains qui rompent la friandise salée et font apparaître des fils de fromage fondu, qui s’étirent comme autant de liens de concupiscence alimentaire. «Mmmmh…» fait une voix off, pour saluer ce bonheur mou à avaler. Peut-être que je choisis mal mes amis virtuels, mais je ne vois passer, sur mon fil (onctueux) d’actualités, que d’invraisemblables bombes caloriques bourrées de fromage. Des gratins, avec davantage de bûchette de chèvre que de courgette. Des couronnes de cervelas en croûte, avec du Gruyère fondu. Des chaussons aux tomates, avec mozzarella et parmesan (oui, les deux à la fois). Et le pompon: une boule de steak haché, farcie au camembert, puis panée et passée à grande friture. Si on regarde l’assiette d’assez près, je suis certaine qu’on y voit grouiller les calories.

Jusqu’à ces derniers temps, le gras et sa cohorte de filaments de fromage relevaient des plaisirs défendus. Ah, l’attrait de la transgression, du retour régressif vers des saveurs laiteuses, ces fils comme ombilicaux qui nous relient au ventre… Or, après des décennies de discours sur les vertus des légumes à l’eau, il semble bien que le gras soit en voie de réhabilitation. Au début du mois, une vaste étude est parue qui révèle que, bien davantage que le gras, le sucre serait responsable de ces embonpoints que traque la médecine préventive. Plus de 135'000 adultes dans le vaste monde et leurs habitudes alimentaires ont été passés au crible: 7 ans de suivi, une myriade de chercheurs canadiens et des résultats qui assurent que les lipides semblent protéger des accidents cardio-vasculaires plutôt que de les accélérer. Retour en grâce du saucisson, du poisson frit et de la double-crème! Cholestérol? Même pas peur…

Sur un plan purement personnel, je suis ravie de pouvoir enfin sortir de la clandestinité et d’assumer les quantités de beurre dont j’affine le risotto. Originaire de l’Europe centrale, j’ai grandi en tartinant mon pain de saindoux, en couche si épaisse que l’on pouvait voir l’empreinte de mes incisives dans la matière blanche, après gourmande morsure. C’est dire qu’il en faut pas mal pour m’impressionner. Pourtant les débauches internetiennes de fromage fluide me laissent les yeux exorbités. Qui peut décemment avaler des briques pareilles? J’espère que l’esthétique du fil jaune et luisant ne va pas nous embobiner à la faveur du nouveau discours sur le gras. Qu’elle reste donc dans la sphère du fantasme décadent. Allez: on garde la tête froide et on se ressert de salade.

Les commentaires sont fermés.