29/04/2017 11:42 | Lien permanent | Commentaires (0)

Pour sept heures en plus

A la louche, le week-end dernier, les Lausannois ont gagné près de 1000 jours de vie. Enfin, pas tous: le bonus revient au 27 000 qui ont martelé le macadam, yeux exorbités, cœur dans la gorge, bouche en rictus, sur les épreuves de 2, 4, 10 ou 20 kilomètres. Vous en étiez et vous vous êtes vu mourir et arrivant enfin sur la piste d’athlétisme bleue du stade de Coubertin? Où vous avez laissé vos tripes et votre sève énergétique dans le sprint final? En fait, pas du tout: coureurs fous, vous étiez en train de vous rallonger l'existence. Ce qu'il y a de bien, avec les études scientifiques, c'est qu'on en trouve toujours une qui va dans le sens de ce qu'on a envie de croire. Autant dire que j'adore celle-ci et ne résiste pas au plaisir de vous la raconter.

On savait depuis longtemps le sport bénéfique pour la santé – jusque-là, pas de scoop. Or une étude géante de l’Université d’Iowa vient de remouliner les résultats de recherches précédentes et il en ressort que la course à pied est l’unique pratique qui augmente significativement la durée de vie. Il semblerait que ce soit lié à ce mouvement précis où la carcasse humaine s’ébranle en rythme, supportant son propre poids sans aucune aide extérieure (pas étonnant que ça fasse si mal…). Mais il y a mieux: à en croire algorithmes et big data, il n’y a pas besoin de courir ni longtemps, ni bien, ni vite - juste régulièrement. A partir de là, dès 5 minutes par jour, les coureurs vivent plus longtemps que tout le monde, même s'ils fument, s'envoient des hamburgers garnis de mayonnaise et abusent de la petite arvine. Je vous ressers un verre?

À ce stade, les sceptiques se mettent à râler: oui mais bon, s’il faut bousiller une heure en sueur pour espérer en gratter une autre, vaut ce vraiment la peine? La science est catégorique: oui, car le gain escompté est d’un rapport de 1 à 7. Certes, c’est statistique, mais mieux que la loterie, non? Par les temps qui courent (ha, ha), vous en connaissez beaucoup, des investissements où le rendement est de 700 pour cent?

Je n'étais pas à Lausanne dimanche dernier, pendant que ma tribu luttait contre le chrono. En déplacement à Prague, j'ai tout de même couru dans le matin cristallin, le long de la Moldau. Je suis passée devant des bébés géants en bronze, œuvre de l’artiste David Cerny, avant de sortir de ville en trois enjambées le long des façades cubistes. Ensuite? Des canards le bec encore enfoui dans les plumes, un pêcheur solitaire, une pluie de pétales de cerisier alors que je n’étais même pas en train de me marier. Franchement? Il m’est arrivé de sacrifier des moments autrement plus désagréables. Et j’espère que mes sept heures de rab tomberont sur un jour de printemps en tous points pareil.

 

 

Les commentaires sont fermés.