18/01/2017 09:52 | Lien permanent | Commentaires (0)

La ligne violette

Voilà, c’est fait! Les panettones, les bocaux de foie gras et les biscuits à la cannelle sont en action sur les rayons des supermarchés, il est temps d’arrêter de gémir en surveillant l’aiguille de la balance et de changer de régime alimentaire. Car qu’avons-nous englouti ces dernières semaines? Dans mon cas, il y a eu du jaune (fondue), du rose orangé (saumon), du vert (tout de même un peu), beaucoup de brun (chocolat) et un peu de blanc aussi (pintade à la crème). Sachez donc que si votre menu a peu ou prou ressemblé au mien, nous nous sommes franchement trompés de palette chromatique. La seule couleur que les gourous de l’alimentation portent aux nues pour l’année qui commence, c’est le violet. Gloire aux anthocyanes, ces pigments naturels au puissant effet antioxydant! A nous, minceur, jeunesse éternelle, cœur solide et salade de choux rouge aux graines d’açai! Le phénomène a déjà un nom, en anglais, forcément: purple food, purple food… Et arrêtez de le chanter sur l’air de Prince, yeux levés au ciel.

Normalement, je plisse un nez dubitatif quand diététiciens, cuisiniers et environnementalistes annoncent les tendances qui pointent. J’ai ainsi boudé la folie petites graines, renâclé aux recettes à base d’épluchures de pomme de terre, détesté le soja et pois chiches déguisés en steaks hachés, snobé le kale en smoothie et j’envisage avec méfiance cette mode de la viande Nose to Tail – du groin à la queue – qui, tant qu’à manger une bête, entend en réhabiliter tous les morceaux. La queue de porc et le cœur de poulet grillé, je ne suis pas très sûre…

Les aliments pourpres, en revanche, me mettent en joie. D’une certaine manière, voilà les plus charnels des végétaux, avec ce jus sombre qui coule comme un élixir de vie. Des lèvres noires de myrtilles? Embrassons-les! Et on les dirait échappés des grimoires secrets des sorcières, ces plats qui mijotent à gros bouillons rouges: riz sauvage, velouté de betterave, bave de crapaud et calotte d’évêque? Ces préparations semblent si vénéneuses, que l’on a tout de suite envie d’y goûter, comme à des délices interdits. Et n’oublions pas les légumes improbables qui viennent subitement de changer de couleur: chou-fleur violet, carottes sombres, asperges mauves, maïs assorti, igname pourpre, pomme de terre violine… Abracadabra, voilà la baguette magique de l’agriculture.

Je vous laisse vous préparer un carpaccio de betteraves de Chioggia (huile d’olive, jus de citron, fleur de sel et poivre de Tasmanie – ce dernier aussi vire au violet, une fois concassé) et admirer l’effet sur une assiette blanche. J’en profite pour vous souhaiter une année 2017 aussi saine que stylée. Et si j’étais vous, j’accompagnerais d’un verre de Cornalin… Juste pour le plaisir de l’harmonie des teintes.

Les commentaires sont fermés.