05/01/2016 16:10 | Lien permanent | Commentaires (0)

Un garçon ou un hamster?


D'où sort donc cette nouvelle mode? Maintenant, que j'en ai vu un, j'en vois partout de ces très jeunes hommes à la chevelure exubérante. Des mèches aux épaules ou plus bas, volumineuses et ondulées - pour peu, on penserait au brushing de Farrah Fawcett, dans Drôles de Dames, sauf que la star de l'époque portait sa coiffure comme une parure, un trophée, un étendard. Elle rappelait ses cheveux à l'ordre dans un mouvement de tête bravache, prête à en découdre. Les adolescents d'aujourd'hui, eux, s'inspirent peut-être de la vague seventies qui submerge la mode, mais semblent bien timides par comparaison. On dirait qu'ils se cachent sous la masse. L'épaisse frange, rabattue sur un côté, ressemble à un rideau de théâtre, que l'on tire quand le spectacle est terminé. Circulez, rien à voir, je ne suis même pas là…
J'ai eu le temps d'observer l'un de ces jeunes et doux rebelles, l'autre jour dans le métro d'une capitale. Tout habillé de noir, il avait la tête velue comme un hamster angora et n'aurait pas dépareillé dans une vitrine de jouets pour Noël. Pelucheux comme un doudou, alluré comme une figurine de Manga, saison automne hiver 2015-2016. Il a passé trois arrêts à fourrager dans sa toison, se coiffant du bout des doigts, disposant les boucles en éventail sur son blouson et surtout, surtout!, ramenant consciencieusement sa frange sur les yeux. Un boulot à plein-temps, cette coiffure! Comme une permanente opération de camouflage. "No fear!" - nulle crainte - était-il écrit en jaune sur les reins de son jean, et on ne le croyait pas une seconde. Même en admettant qu'il soit très courageux dans l'âme, il était à l´évidence terrifié que sa création capillaire du matin ne s'écroule dans les courants d’air. Pendant que j'observais d'un œil mon garçon et sa dégaine de Pollux, le chien du Manège Enchanté, mon autre œil scannait la presse du jour. Et j'y lisais qu'un rapport sur les recherches Google entre 2013 et 2015 relève, pour la première fois, que les mots liés à la coiffures ont été plus souvent recherchés par des hommes que par des femmes. Mon instinct maternel n'a fait qu'un tour: quelqu'un a-t-il prévenu le garçon chevelu du métro? Et ses copains de partout? Rien qu'à imaginer toutes ces tignasses devant des assiettes de soupe, j'ai eu envie de leur conseiller de taper eux-aussi «chignon» ou «man bun» sur un moteur de recherche. Hé les petits mignons! Il existe une mode alternative pour les cheveux longs: celle qui consiste à cesser d’être une peluche et d’accepter de grandir.

Les commentaires sont fermés.