05/12/2015

Grands enfants

Alors: il y a des éléphants multicolores (quelle idée…) qui clignotent sur une façade de la place Benjamin Constant, des boules à neige au-dessus de la gare de Lausanne, des chalets en bois à la place Cornavin, un arbre géant à au cœur de Zurich. On a compris le message: la grande shopping party annuelle est lancée. J'ai donc enfilé mon bonnet rouge (symboliquement, s'entend; pour le reste, faut pas pousser) et suis partie à la chasse aux cadeaux. Priorité aux enfants, n’est-ce pas? Après quelques coups de fil aux divers parents (Mère Noël est une femme qui s'informe), j'ai dû déchanter. La génération montante veut des cadeaux technologiques: des haut-parleurs performants, du matériel sportif de pointe, des ordinateurs, des téléphones intelligents. Bref, des trucs super chers. Pour lesquels il faut se cotiser. Et que le jeune concerné préféré choisir lui-même, vu l'investissement, si possible lors des soldes de janvier. Et c'est ainsi que tous mes cadeaux de neveux et autres cousins se sont dégonflés: finis, pliés, sans que j'aie mis un pied dans un magasin. Résultat: une toute petite pile d'enveloppes au fond de la hotte, avec des bons, des cartes prépayées et de l'argent à l'intérieur. Ça va être gai sous le sapin! Oh, chouette, j'ai un billet de 50! Oh, moi deux de 20…
Il fut un temps où les familles raisonnables tentaient d'imposer la consigne suivante: on fait des cadeaux aux enfants, pour qu’opère la magie de Noël, et on fait l’impasse entre adulte. Mesure et dignité… Or, le principe ne fonctionne que s'il y a de beaux gros paquets à déballer, avec des surprises dedans. Des maisons de poupée, des trottinettes rutilantes, des jeux à construire tout de suite. Si on offre des bons d'achat comme on distribuerait un jeu de cartes, l'effet est évidemment plus austère. Ça fait presque tickets de rationnement, pour le coup…
Voilà qui me donne très envie de rattraper autrement l'esprit exubérant et festif. Loin de moi, évidemment, l'idée de priver les enfants de leurs plaisirs programmés et monnayables. Mais je crois que je vais me venger sur les parents. J'ai déjà commencé à accumuler des bougies parfumées, des chandeliers, des miroirs, des chapeaux, des boules à facettes… Rien que des cadeaux énormes et encombrants, mais qui feront un effet du tonnerre sous le sapin. Les adultes sont les nouveaux enfants.