03/10/2015 07:04 | Lien permanent | Commentaires (0)

J’ai les crocs

J'ai failli manger de la nourriture pour chien. C'était jour de marché bio à Prague, dans un quartier à peine décentré, pas encore ripoliné par les promoteurs immobiliers mais déjà très bobo. En flânant donc entre les stands, j'ai avisé de grands bocaux remplis de copeaux de viande séchée: cerf, bœuf, dinde… Tiens, ça se mange séché, la volaille? Un joli barbu propre sur lui préparait des mélanges sur demande, dans des cornets en papier très classieux, un peu comme on sert les frites en Belgique. Il fermait l'emballage d'un autocollant figurant un basset stylisé - un concept mignon et frais, je me suis même demandé où trouver un verre de vin blanc, pour improviser un apéro en plein air. Ce n'est que dans la file d'attente que mes neurones, sans doute en mode flânerie, ont finalement établi une connexion. Et pourquoi donc l'endroit s'appelait-il «bar à chiens» - humour tchèque? Et pourquoi étais-je soudain entourée d'un lévrier à gauche, d'un setter à droite, avec un boxer, bave à la babine, droit devant?

Du coup, quand mon tour est arrivé, plutôt que d'acheter, je me suis improvisée propriétaire canine curieuse. Hé, je n'allais tout de même pas avouer que je m'étais trompée de friandise et avais, l'espace de quelques minutes, convoité des presque croquettes… Voici donc ce que j'ai appris: Jana et Jirka sont un ancien couple d'agriculteurs reconvertis dans l'alimentation saine pour chiens et, en mai dernier, ils ont lancé la petite entreprise 4nohy (4 pattes) qui entend fournir de la viande locale, traitée respectueusement aux «chéris velus». De la «viande honnête» disent-ils, parce que tout de même, on ne peut pas s'intéresser à la provenance de sa propre assiette tout en fourguant des boulettes en sauce fabriquées en Chine à son alter ego sous la table, n’est-ce pas? J'ai affiché une mine préoccupée et empathique pour la circonstance - c'est vrai, l'heure est grave: et si Médor boulottait du cartilage comme les enfants qui se goinfrent de nuggets bon marché? Quelle horreur… Vous noterez au passage que les cures d'huile pressée à froid représentent de formidables compléments alimentaires: l'huile de chardon est parfaite pour nettoyer le système digestif, celle de saumon ravive merveilleusement l'éclat du pelage. En alternance, une semaine sur deux, quelques cuillers dans la gamelle, pour assaisonner les copeaux… Je ne suis pas certaine que ma précieuse huile d'olive des Pouilles se présente dans un plus joli flacon que ceux exposés sur le comptoir.

J'ai donc quitté le marché perplexe et bredouille. Il n’y a pas de doute: Prague est en voie de gentrification… À côté, il y avait un stand avec du riz, du quinoa et autres semoules, dans de très jolis emballages à l'ancienne. Je n'ai pas acheté. Je me méfie: et s’il s'agissait de graines pour les perruches?

 

Les commentaires sont fermés.