30/05/2015 11:57 | Lien permanent | Commentaires (0)

Reprogrammer, qu’ils disaient

Qui écoute de la musique de chambre à midi? Pas moi. Dans mon agenda organisé au petit trot – comme celui de toutes les femmes mères et salariées et responsables d’une ou deux bricoles domestiques, genre réfrigérateur à remplir – la pause de midi n’est pas une bulle enchantée où mon âme se pâme. D’ordinaire, soit je saute ladite pause pour essayer de quitter le bureau plus vite le soir, soit mon cœur fait boum sur un rythme binaire assourdissant, pendant que je pédale sur un vélo immobile dans un fitness. Efficacité, rapidité, fonctionnalité. Comme l’ours est programmé annuellement pour s’assoupir en hiver, je suis, moi, drillée journellement pour accomplir mes tâches prioritaires durant les heures ouvrables et, éventuellement, me reposer et/ou me divertir le soir (qui a dit «série télé»?). C’est le principe du «les devoirs d’abord, tu iras jouer dehors ensuite» qui a baigné ma scolarité. Et que je continue, bonne élève pour toujours, à pratiquer adulte.

A l’évidence, j’ai tort. Je lis que les plus belles expériences musicales se vivent ces temps autour du sandwich de midi, à Berlin, où Simon Rattle dirige l’orchestre Philharmonique. Chaque mardi à 13 heures, il laisse 1200 amateurs de beauté entrer dans son antre, gratuitement, pour se gorger d’émotions auprès de musiciens qui comptent parmi les plus talentueux du monde. Quarante-cinq minutes de bonheur, coincés entre le passage au supermarché et la réunion avec les collègues des finances. Ne me demandez pas comment, une fois l’esprit envolé, une fois déposée l’armure qui sert à affronter les petites guerres du quotidien, on revient au bureau pour plonger dans le budget du mois prochain. Ailleurs aussi, pourtant, on cultive l’évasion culturelle de midi: à Lausanne, l’Orchestre de chambre programme régulièrement des  entractes» du mardi (prochain seulement en novembre) et à Zürich, le «lunchkino» propose chaque jour à 12 h 15, à la Stadelhoferplatz, des avant-premières ou des films peu commerciaux, parfois en présence du réalisateur. Il vaut mieux réserver, c’est souvent plein… La semaine prochaine, ce sera Love & Mercy, la biographie musicale de Brian Wilson, l’homme derrière le succès du groupe pop Beach Boys. De la musique, certes différente, mais de la musique de milieu de journée.

Je sens qu’il est temps de reprogrammer mes réflexes ataviques pour m’adapter à l’évolution de l’espèce. Dans le stress ambiant, l’humain développe visiblement ses instincts de survie et apprend à manier cette petite zappette mentale qui permet de presser sur la touche OFF de son cerveau, à n’importe quel moment, au gré des îlots de voluptés qui se présentent. Les corvées? Les délais dépassés? Les mails qui attendent une réponse? La ferme, bruits du monde! Plus tard… Moi, j’ai sonate ce midi.

Les commentaires sont fermés.