12/05/2014 16:49 | Lien permanent | Commentaires (3)

Oh, le sale pore

 

Comme si le quotidien n’était pas assez compliqué comme ça, je suis au regret de devoir relayer une mauvaise nouvelle: vous avez – nous avons - une peau toute sale. Et il va falloir agir. Zut, non? Ça manquait… Courage: prenons un miroir à main, si possible grossissant (pas trop, inutile de s’infliger des émotions exagérées) et approchons-nous d'une source de lumière naturelle. Oui, oui, vous aussi, Messieurs! Que voyez-vous? Ben, oui, évidemment! Un pore dilaté sur le front, un point noir sur l’aile du nez, un vaisseau qui a sauté sur la pommette, une petite bosse qui menace de muter en bouton sur la rondeur du menton. Désormais, ce constat porte un nom: désastre.

A priori, fataliste, on se dit que voilà quelques décennies que nous vivons avec cette triste réalité, nous avons appris à planquer ce qu’il fallait sous une touche de crème teintée, peut-être est-il temps d’accepter le sort humain? Taratata! Laisser sa peau en l’état passe désormais pour l’équivalent hygiénique de pieds puants dans des chaussettes propres ou de cheveux gras sous un bonnet: un crime de lèse-beauté. Nourrie depuis la préadolescence à la culture des magazines féminins, je pensais en maîtriser un bout sur les lubies de l'air du temps et avoir développé suffisamment d'autodérision pour m'être endurcie la peau (encore elle) contre les diktats de saison. Et bien, on fait la maligne et on finit tout de même par se laisser surprendre. Je viens de lire, de source hautement scientifique dans des pages beauté sur papier glacé, qu’«aujourd'hui, trois femmes sur cinq sont concernées par des imperfections». Ça m'a laissée sans voix: comment ça seulement trois sur cinq??? Qui sont donc les deux garces à la peau impeccable de l'orteil à la racine des cheveux?

Car aujourd'hui, n’est-ce pas?, les solutions existent. La perfection est presque atteignable, allons, allons, on ne va pas laisser sale ce que les technologies les plus novatrices savent nettoyer… Voici donc l'avènement des eaux micellaires à haut pouvoir désencrassant, des brosses électriques à double oscillation pour une purification jusqu'au fond des pores, les têtes à picots en silicone qui assurent le micromassage en plus, luminosité du teint garantie. Si la voisine est rutilante, pourquoi pas moi? Et va que je me décape les joues en traquant les bactéries, en lessivant les cellules mortes, en désobstruant les canaux pilo-sébacés.

J'ai un doute. Une fois que l'on s'est astiqué les dents, lustré les cheveux et épuré la peau, vernis les ongles, épilé les mollets, estompé les poches sous les yeux, poudré le nez, sculpté ses abdos, hydraté les bras, nourri les lèvres… Une fois que l’on s’est tout bien brossé, quel temps reste-t-il encore pour aller bosser?

Commentaires

SYMBIOSE

Suspendu au miroir du temps
Le visage change d'aspect
Mais l'âme épargne son secret
Dans le doux jardin d'un printemps.
Roger Chanez

Écrit par : Roger Chanez | 12/05/2014

C'est effectivement ainsi qu'il vaut mieux voir les choses... :-)

Écrit par : Renata | 12/05/2014

Je suis complétement d'accord on peut rien y faire il faut l'accepter

Écrit par : salonconfo | 20/05/2014

Les commentaires sont fermés.