14/04/2014 18:14 | Lien permanent | Commentaires (2)

Valise en chemise de nuit

Elle tourne comme une somnambule, sur son tapis d'aéroport, un peu égarée, presque timide, parmi les valises grises et noire. Étrangement, c'est elle qui a l'air nue et vulnérable, alors qu'elle est le seul bagage habillé de tout le secteur arrivées. Depuis quelques temps, les valises élégantes se vendent avec des housses en tissu, qui se fixent avec des scratches, pour ne pas abîmer les belles coques laquées, maltraitées durant les mises en soute. La valise que je viens d'acheter était aussi livrée avec une telle enveloppe, mais je l'ai laissée à la maison: je lui trouvais un air étrange, trop lâche, trop chichiteux. Et voilà que ces bagages en tenue apparaissent pour de vrai dans les aéroports.

Pour préserver son paquetage, il a aussi, depuis longtemps, ces machines à envelopper de film plastique, qui, pour quelques dollars ou euros, accommodent vos affaires comme elles le feraient d'un jambon. Quelques tours et hop, voilà votre vie sous vide - incassable et emmitouflée. Tout juste si on ne vous propose pas du plastique à bulles, comme si vous transportiez le service à thé familial. A l'arrivée, il faut au moins un cutter - un de ceux qui ne passent pas au contrôle de sécurité - pour délivrer la bête. Il y a une crudité presque alimentaire à empaqueter ainsi ses effets. Quand je lorgne sur ces valises surprotégées, j'imagine toujours ce qu'il peut bien y avoir à l'intérieur pour mériter tant de couches. J'y vois des ananas mûrs à point, emballés dans les jeans de rechange. Des statuettes d'ailleurs calées dans le sac de linge sale, des sachets d'épices qui vont sans doute perdre toute saveur sur les étagères de la cuisine, car on aura égaré la recette qui les rendaient si goûteuses, là-bas. Alors, la valise menaçant de lâcher sous la pression de tous ces souvenirs, coutures et zips tendus à craquer, ne reste qu'à consolider l'ensemble avec la carapace de plastique. Go, tortue, go!

La housse en tissu, elle, relève d'un tout autre style de protection. Ce n'est pas là le contenu que l'on cherche à préserver, mais la valise elle-même. Du coup, les autres voyageurs la regardent avec méfiance: qu'elle doit être précieuse pour bénéficier de tant de soins...

L'autre matin très tôt, à la sortie d'un long courrier, une petite fille dansait en pyjama, lolette au bec, pendant que ses parents attendaient leurs bagages. La valise en housse qui tournait sur le tapis avait le même air d'incongruité souriante, dans sa chemise de nuit couleur praline. Comme une princesse au réveil. Comme une beauté sous bigoudis.

Ni plastique, ni fourreau textile: je crois que je vais m'en tenir aux valises cognées de partout, avec les coins qui s'effilochent et des traînées noires sur le couvercle. On va dire que ça fait baroudeuse, non?

Commentaires

en effet ça baroude ! :)

Écrit par : chauffe-eau solaire | 17/04/2014

Parier sur la coupe du monde !

Écrit par : coupe du monde 2014 | 23/04/2014

Les commentaires sont fermés.